Accueil > L’actualité > Retour sur l’Assemblée Générale

Retour sur l’Assemblée Générale

Comment nous avons vécu l’assemblée générale extraordinaire de l’ARIF du 15 juin 2016 ?

Dans une dynamique de discussion collective, l’assemblée générale a permis aux membres présents de clarifier leurs positionnements, à partir de trois entrées : le oui, le non et l’entre-deux. Même si cette démarche a fait débat, elle a permis de déployer une logique argumentative en fonction de la position adoptée. Ainsi un oui de départ pouvait évoluer vers un non ou une indécision et vice-versa.
Il faut bien souligner que l’ambiance dans laquelle se sont déroulés les échanges n’était pas simple ; les tensions étaient perceptibles, ce qui a permis la confrontation des idées et une clarification des points de vue. La mise en tension des postures et des arguments a permis de mettre en lumière des questionnements, parfois des inquiétudes, voire des réticences. Mais la dynamique de la discussion a prévalu. En bénéficiant de trois positionnements identifiés, il était peu confortable de persister dans la position de neutralité.
L’option pour un choix s’est présenté comme une possibilité d’être dans la posture d’argumenter, d’expliquer et de clarifier. Exprimer son accord, son désaccord, comme ses hésitations impliquait la nécessité d’affiner son argumentation. Il s’est agi d’une discussion vivante et dialectique. La seule contrainte était celle du temps pour arriver à terme des échanges sur les six affirmations soumises au débat.
Tout compte fait, l’instituant du Mouvement a rendu possible la mise au travail par une discussion partagée et régulée. La régulation a permis à la parole de circuler sans faire l’objet d’aucun monopole, ni confiscation.
Il en ressort, à notre avis, que la dialectique de l’institué et de l’instituant a opéré dans la mesure où les transformations incontournables ne pouvaient s’accommoder des pratiques instituées, même s’il a été souligné que les changements provoquent des résistances. Celles-ci ne sont pas sans soulever le besoin de comprendre le rythme des mutations inscrites dans l’agenda de l’association. Cette tension a structuré la logique des débats de la première affirmation jusqu’à la dernière.
Il faut dire qu’au vu de l’importance de l’enjeu, les débats ont pu se dérouler globalement dans une ambiance d’écoute et de clarification. Bien que le contexte soit tendu, la philosophie de la discussion dans l’espace céméatique a prévalu. En ce sens, l’assemblée générale extraordinaire a fait sens et a permis de s’inscrire dans une dynamique de transformation. Le collectif s’est mis en mouvement dans le respect des singularités qui le constituent. Il y a eu du mouvement, ce qui entérine que le collectif est une instance de mise en tension et de mise en commun au service des mutations nécessaires et incontournables.

Warda KHORSI
Hamdou SY

Partenaires Region Ile de France | Se connecter | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé par les CEMÉA Pays de la Loire | Hébergé par Siloh | SPIP